Foyers modestes : faut-il absolument accéder à la propriété ?

Bonjour à tous,

Nous sommes lundi et j’espère que vous vous portez pour le mieux. Ce matin je lisait un article sur Franceinfo qui partageait le témoignage d’une famille modeste ( un couple avec deux enfants) qui, bien que propriétaires de leur logement, racontent ne pas s’en sortir financièrement. Voici le lien de l’article si vous souhaitez le lire :

Pouvoir d’achat : chez Marion, 36 ans, « depuis un an et demi, il n’y a pas un mois où on n’a pas fini dans le rouge » (francetvinfo.fr)

Le couple est devenu propriétaire grâce à un prêt d’accession sociale. Mais voilà, ils se sont endettés sur 25 ans pour un logement qui, non seulement semble très mal situé (entre une autoroute et une voie ferrée… le rêve) et est mal isolé. Résultat. ils doivent payé chaque mois une fortune en essence pour aller au travail, une fortune en électricité et chauffage, et une fortune pour l’entretien et la rénovation de leur logement… plus le remboursement du prêt, bien entendu.

Et voilà, sincèrement, en voyant ce tableau, je me demande s’ils ont vraiment fait une bonne affaire. Je sais qu’en France et ailleurs dans le monde, le fait d’être propriétaire est synonyme de réussite de sociale et qu’il s’agit presque d’une obligation sociale dans certains milieux. Mais quand on regarde la crise des subprimes de 2008, quand on observe l’inflation des prix de l’énergie… et quand on voit qu’avec les objectifs climats, les passoires énergétiques ne seront plus tolérées dans quelques années, je me demande :

Est ce que le fait, pour les foyers les plus modestes d’accéder à la propriété ne les rendraient pas encore plus vulnérables sur le plan économique ? Est ce que ça ne ferait pas peser sur leurs épaules de potentiels coûts qui risquent de les mettre en faillite ?

Je dis « ils », mais je pourrais dire « nous ». Car, mes revenus n’étant pas incroyables, je me pose la question également pour moi-même. Pour ma part, j’ai toujours choisi d’être locataire et j’y ai toujours trouvé un avantage : je connais le coût exacte et à l’avance de mon logement. Par exemple, je sais que je devrais payer 500 euros chaque mois pour me loger et 60 euros pas mois pour me chauffer. Eventuellement je connais aussi à l’avance les charges de l’immeuble. et de tout cela, je peux décider à l’avance si je peux me le permettre ou non. Je n’aurais aucune dépense surprise liée à des travaux à réaliser… Et pas de taxe foncière. En outre, en tant que locataire, le droit me protège d’un certain nombre de situations et de pratiques douteuses et illégales. Enfin, je n’ai pas peur que mon bien perde de sa valeur tandis que l’inflation augmente.

Voilà, ça c’est mon opinion. Je suis convaincue que quand on doit se serrer la ceinture, accéder à la propriété constitue un niveau de difficulté supplémentaire. Mais ce n’est que mon opinion. Vous chers lecteurs, qu’en pensez vous ? Je suis sincèrement intéressée à recueillir votre opinion sur ce sujet. En attendant de vous lire. Je vous souhaite une très belle semaine.

Bien sincèrement.

Marie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :