BURN OUT / Clé 1 : Accepter sa propre responsabilité

La vie humaine implique indubitablement son lot de souffrance. Ainsi, aucun corps n’échappe à la maladie, quelles que soient les formes de celle-ci.

Le burn-out a cela de particulier qu’il présente à la fois des traits d’une maladie physique et ceux d’une maladie mentale. Ou, pour être plus exacte, dans le burn-out la souffrance mentale finie par se projeter sur le corps qui devient lui-même malade.

A l’origine du Burn-out

Le vecteur entre la tête et le corps ? Le stress. Ce phénomène bien complexe qui est sensé nous aider à surmonter des épreuves difficiles. Et bien ce stress, s’il reste à un trop haut niveau pendant une trop longue période, il finit par user tout le carburant du corps et là, c’est la panne d’essence.

Avez vous remarqué que dans toute définition du burn-out il n’existe aucune définition précise des causes ? C’est parce que le stress est provoqué par ce que notre cerveau se représente comme un danger. Or, nous ne percevons pas tous le danger de la même façon.

Qu’est ce qui cause du stress ? Un patron méchant ? Des parents exigeants ? Des enfants insupportables ? Ce serait facile. Mais non, ce ne sont pas eux la cause du stress.

Ce qui est stressant, c’est de répondre à des ordres incohérents de sa hiérarchie, c’est de vouloir faire la fierté de ses parents et d’espérer faire de ses enfants des petits génies.

Ce qui est stressant, c’est de mobiliser toutes ses forces pour essayer d’atteindre des objectifs non atteignables. C’est de supporter des choses qui sont en contradictions avec nos valeurs. De considérer que tout le temps libre doit être rentabiliser.

En somme, le stress ne vient pas des autres, il vient de soi. Il vient de la somme des choix quotidiens que l’on fait et qui nous font du mal.

… et ça c’est une super nouvelle ! Parce que si lon pense aller mal à cause des autres, alors on est incapable d’agir pour améliorer la situation. Mais si l’on accepte que ce sont nos propres choix qui nous font souffrir, alors on réalise que l’on a le contrôle sur la situation et que l’on peut tout changer.

Par ailleurs, accuser les autres n’est jamais bon. La rancune nourrit la colère qui elle même nourrit la dépression. Or ce que l’on veut, c’est aller mieux. Il vaut mieux donc prendre la responsabilité de ce qui est en train de se passer dans sa vie et se libérer du poids des causes externes.

Sortir du burn-out Étape 1

Que peut-on faire ? Analyser sans détour ce qui nous cause du stress. Et surtout : ne pas reporter le problème à plus tard en espérant qu’une cause externe vienne mettre fin à cette situation.

Par exemple, je me souviens que dans mon ancien travail, l’ambiance était plutôt misogyne et qu’à chaque fois que j’entendais une phrase misogyne, cela me mettait vraiment en colère. Sans m’en rendre compte, cet état me stressait énormément au point que j’allais parfois au travail à reculons et que certaines situations me faisaient angoisser pendant des jours.

Aujourd’hui je ne travaille qu’avec des personnes partageant les mêmes valeurs de bienveillance que moi. Et même si j’ai parfois de longues journées de travail qui me fatiguent, je ne ressens plus de stress comme avant. Ainsi, même si auparavant je me plaignais du comportement de mes collègues ou des clients, aujourd’hui j’ai pleinement conscience que mon choix de changer de travail est celui qui m’a sauvée.

Je vais même partager avec vous un secret : depuis que j’ai fait ce choix dans ma vie, je ne rencontre que des personnes qui sont en accord avec ces valeurs. Comme si ce qui se passe en nous, influençait directement notre environnement. Incroyable, non ?

Je vous laisse sur ces paroles d’espoir et vous souhaite une très belle semaine.

Prenez soin de vous.

Marie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :