Les militaires peuvent-ils sauver la démocratie ?

four soldiers carrying rifles near helicopter under blue sky

De Bonaparte à De Gaulle, l’histoire de France post royauté est parsemée de grandes figures miliaires qui ont « sauvé » ou fait la « gloire » de la France. A l’heure où un récent sondage montre que les jeunes sont en recherche désespérée d’une figure d’autorité et où de nombreux militaires et anciens militaires outrepassent leur devoir de neutralité pour signer des tribunes dans la presse, il est intéressant de se demander : l’armée peut-elle sauver une France qui part en cacahuète ?

Mon opinion est que non et dans cet article, je vous propose 4 arguments dont à mon avis, on ne parle pas assez.

Le système militaire est fondamentalement anti-démocratique

Commençons par le plus facile. Les militaires ne sont pas entraînés pour laisser place aux voix dissidentes au sein de leur organisation, au contraire, ils fonctionnent sur le principe d’une hiérarchie stricte qui laisse peu de place à la liberté d’expression et aux opinions contraires. Et pour cause, ce que l’on recherche dans l’armée, c’est l’efficacité ! Or la dissidence, est un frein à l’efficacité et peut, dans le cadre militaire, conduire à des situations dramatiques.

En France, l’essence même de l’armée est donc paradoxal, un mode de fonctionnement qualifiable de dictatorial, au service de la protection de la démocratie. Pas étant que certains anciens généraux aient du mal avec la lenteur de prise de décision au niveau politique. Sauf que c’est cela, le fonctionnement d’une démocratie, c’est de l’imperfection et de la lenteur. C’est de nombreux échecs et malgré tout l’écoute et le respect des opinions de chacun.

Or, la recherche de consensus est fondamentalement étrangère au système militaire qui ne se voit confier aucun pouvoir et le seul rôle d’exécutant (appartenant au pouvoir exécutif justement). Pour rappel, c’est le Général De Gaulle qui a organisé les choses de cette manière.

Parce qu’une partie de l’armée est anti-républicaine

Il y a une quinzaine d’année, j’intégrais en classe de seconde l’un des 5 lycées militaires de France. Moi qui débarquais de ma Seine-Saint-Denis natale où j’avais grandi dans un foyer pro-républicain, je venais de découvrir que dans mon nouvel environnement, une partie significative de mes camarades de classes soutenaient le retour d’un roi pour la France.

Si je n’ai rien contre la royauté en tant que telle (y a des pays où ça fonctionne très bien), je me fais la remarque que la pilule doit être effectivement difficile à avaler pour un militaire royaliste, d’obéir aux ordres d’un Président de la République. Or les royalistes au sein de l’armée sont beaucoup plus nombreux qu’on pourrait le penser, entretenant le mythe d’une veille aristocratie en décalage complet avec les valeurs de notre époque. Enfin, et très malheureusement il y a aussi les néo-nazi qui, bien que très minoritaires, sont tout de même présents.

Chacun ses opinions politiques, je dis pas. Tout ce que je dis c’est qu’étant donné les expériences de la Révolution française, du Premier Empire, de la Première Guerre Mondiale, de la Seconde Guerre Mondiale et de Mai 1968, notre République imparfaite ne me paraît pas si mal finalement.

Parce qu’on ne peut pas confier la direction du pays à un seul corps de métier :

Je pense qu’avec l’année qu’on vient de passer, on se rend bien compte que si on avait laissé la prise de décision aux seuls médecins, on aurait passé l’année entière en confinement stricte avec la perspective de n’en sortir que quand le Covid aurait disparu. Or, même s’il y a eu de nombreuses restrictions variant selon les périodes et les régions, les pressions exercées par les différents mouvements politiques, syndicats et associations ainsi que par la société civile, ont permis de ne pas tomber dans ce que certains appels « une dictature sanitaire ».

Chaque corps de métier et chaque mouvement politique a sa propre manière de voir les choses en fonction de son expertise, de ses valeurs et de son expérience, c’est bien normal. Mais confier tous les pouvoirs décisionnels à un seul corps reviendrait à déséquilibrer profondément le fonctionnement du pays. Que les médecins aient une voie prédominante en cas de pandémie et les militaires en cas de guerre me semble normal. Sauf que nous ne sommes pas en guerre, alors pour nous convaincre, les militaires ayant signés la Tribune dans Valeurs Actuelles souhaitent nous convaincre que le pays est au bord de la guerre civile.

Parce que l’armée est profondément misogyne :

Ai-je vraiment besoin de développer ce point ? De dire que la glorification de la force et de la virilité mêlé d’un profond entre-soi au sein des casernes n’est pas vraiment compatible avec le mouvement #MeToo ?

Je m’arrête là, néanmoins il me tenait à cœur d’aborder ce sujet, même de manière superficielle. Il y a quelques mois au moment de l’investiture de Joe Biden, ce sont les militaires américains qui ont sécurisé le Capitole et Washington afin que la transition démocratique puisse se faire en douceur. J’aurais aimé qu’au lieu d’inciter à la haine et à la guerre civile, les militaires français se soient portés en garants de nos institutions qui aussi imparfaites soient elles, garantissent un minimum de droits pour chacun.

Prenez soin de vous.

Marie.

woman in blue dress standing on green grass field

BURN-OUT Clé 3 : Rejeter le culte de la performance

La performance, cette notion clé des sociétés occidentales depuis la Révolution industrielle. Il faut toujours chercher à faire mieux, toujours chercher à faire plus. Sur le plan collectif, la performance se mesure de manière chiffrée grâce au taux de croissance. La performance individuelle au cœur du burn-out De manière individuelle, il ne faut jamais seLire la suite « BURN-OUT Clé 3 : Rejeter le culte de la performance »

woman in blue dress standing on green grass field

BURN OUT Clé 2 : Connaître ses valeurs profondes

D’où provient un tel stress pouvant conduire au Burn out ? Même les spécialistes du sujet on dû mal à en énoncer les causes, tant il s’agit de quelque chose de subjectif. Ainsi, une situation peut tout aussi bien convenir à une personne et en rendre malheureuse une autre. Si l’on prend l’exemple du travail,Lire la suite « BURN OUT Clé 2 : Connaître ses valeurs profondes »

BURN OUT / Clé 1 : Accepter sa propre responsabilité

La vie humaine implique indubitablement son lot de souffrance. Ainsi, aucun corps n’échappe à la maladie, quelles que soient les formes de celle-ci. Le burn-out a cela de particulier qu’il présente à la fois des traits d’une maladie physique et ceux d’une maladie mentale. Ou, pour être plus exacte, dans le burn-out la souffrance mentaleLire la suite « BURN OUT / Clé 1 : Accepter sa propre responsabilité »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :