Vivre au Maroc : Retour d’expérience après 5 ans

architectural photography of hassan ii mosque

Bonjour à tous,

J’espère que vous vous portez bien ! Il y a quelques temps je vous avais proposé un article qui s’appelait Vivre en Allemagne : ce que j’ai aimé, ce que j’ai détesté. Etant donné que je reçois aussi beaucoup de questions sur le sujets, j’ai décidé de partager avec vous mon retour d’expérience sur 5 années de vie au Maroc.

Bien entendu, il sera difficile d’aborder tous les aspects dans un seul article donc si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires. Par ailleurs, il est important de préciser que le contenu de cet article correspond à mon point de vue, il sera donc subjectif et il est fort probable que d’autres personnes auront des expériences ou des opinions différentes à partager.

Enfin, et c’est important pour la suite de l’article, je vais vous parler de mon retour d’expérience en tant que française, ayant une valise d’acquis culturels français, qui seront bien entendu différents par exemple d’un américain, d’un allemand, d’un ivoirien, etc.

1. Comment je suis arrivée au Maroc ?

Comme je l’ai dit en introduction, je suis de nationalité française. J’ai fait mon premier voyage au Maroc, plus précisément à Rabat (la Capitale) en 2010 à l’âge de 20 ans. C’était mon premier voyage en dehors de l’Europe. Dix ans plus tard, c’est également de Rabat que je vous écris ces lignes.

En 2014, j’obtiens un Master en Droit international en France et mon objectif est alors de passer le concours ouvrant la voie à la diplomatie. Ne maîtrisant que le français et l’anglais, il me faut maîtriser une langue supplémentaire, c’est l’arabe, que je choisis d’apprendre. Je me rends donc au Maroc effectuer plusieurs stages de langue arabe et c’est au cours de cette période que je tombe amoureuse de ce pays extraordinaire et prends la décision d’y vivre (spoiler : j’ai raté le concours pour lequel j’avais travaillé pendant deux ans).

Rabat est la ville que je connais le mieux et dans laquelle je me sens le mieux, c’est donc elle qui m’accueille (définitivement) à partir de 2016.

2. Ce qui change dans le mode de vie

photo of person wearing white shirt
Photo by Taryn Elliott on Pexels.com

A la fois beaucoup et peu de choses.

Commençons par parler d’argent. Au Maroc, il y a deux catégories de biens : ceux qui valent très peu chers, et ceux qui valent très chers. Ceux qui sont accessibles à tous, et ceux qui ne sont accessibles qu’à une certaines partie de la populations.

Parmi les bien qui coûtent relativement peu chers on va retrouver principalement les fruits et les légumes, les produits traditionnels, les services à la personne, les logements, etc. A contrario, les biens chers seront ceux issus de l’importation. Par exemple, si je veux manger au Maroc les mêmes marques qu’en France, ça va me coûter beaucoup plus cher qu’en France.

Dans dehors de la question de l’argent, celle de la température est inévitable. Si le Maroc est considéré comme un pays chaud, ce n’est pourtant pas un pays tropical. Il existe au Maroc une très grande variété de climats et de paysages qui rendent difficile toute tentative de généralisation.

A Rabat, par exemple, la température moyenne en hiver est de 15 degrés tandis qu’elle tourne autour de 28 degrés en été. Le rêve, me direz-vous… Sauf qu’en réalité il faut prendre en considération deux éléments : 1) le taux d’humidité annuel à Rabat est aux alentours de 90% (je vous raconte pas la galère pour faire sécher ses vêtements) et 2) aucun immeuble n’est équipé de système de chauffage central. Donc en hiver, on travaille en manteau et on accepte que parfois le soir, la température de la chambre à coucher ne dépasse pas les 12 degrés.

Lire également : Recette de Meloui marocain

3. Travailler au Maroc

Le Maroc offre de très belles opportunités et de nombreux atouts pour ceux qui souhaitent y investir. Il est tout à fait possible d’y créer une société sans être de nationalité marocaine, les salaires moyens sont plus bas qu’en France et il existe des politiques sectorielles très favorables. Mais attention à ceux qui pourraient croire que le Maroc est un paradis fiscal, ce n’est pas le cas ! Depuis quelques années, des conventions fiscales ont été passées avec l’Europe et obligent à une collaboration des services fiscaux.

En termes d’atouts, le Maroc propose une main d’oeuvre très qualifiée dans le secteur de l’informatique et des médias et des langues. Il dispose également d’infrastructures de qualité pour accueillir les entreprises, quelque soient leurs taille et leur secteur d’activité.

Malgré ces atouts, le français qui souhaitent travailler sur le long terme au Maroc doit s’adapter sur principalement sur le plan culturel : la manière de percevoir le travail et les relations professionnelles ne sont pas les mêmes en France et au Maroc. Il faut savoir se remettre en question et être capable d’adopter de nouvelles méthodes de travail.

man standing under an arch of building
Photo by Zakaria Boumliha on Pexels.com

4. S’adapter à un nouvel environnement culturel

Bien évidemment, la question de la culture est importante. Ne serait-ce que quand je me suis rendue en Allemagne, j’ai été obligée de m’adapter sur le plan culturel, alors bien évidemment, en allant au Maroc, cet effet est bien plus grand.

Tout le monde le sait, le Maroc et la France ont une histoire commune, celle de la colonisation. Cependant, même si depuis 1956 le Protectorat de la France sur le Maroc a été abolit, les deux pays conservent des relations privilégiées dans de nombreux domaines. Aussi, le français qui souhaite vivre au Maroc, tout comme le marocain qui souhaite vivre en France auront tous deux cette base culturelle commune qui les aideront dans leur intégration.

Malgré cette base commune, il faut être honnête, il y a des différences qui demandent un minimum d’adaptation au nouvel arrivant français. Par exemple, on pourra citer :

  • la religion : si la France se présente comme un pays laïc, le Maroc s’affirme comme un pays religieux. Au Maroc, la religion est donc présente dans tout l’espace public et médiatique et est parfaitement intégrée à la vie quotidienne, ce qui aura souvent tendance à étonner le français, qui y est peu habitué ;
  • la place de la famille : les relations et l’entraide familiale au Maroc sont beaucoup plus forte qu’en France. Au Maroc, les relations familiales sont souvent au coeur de la vie sociale, alors qu’en France les relations familiales sont souvent distandues et l’entraide familiale relativement faible, le système d’aide étatique assurant le relais.

Lire également : Christianisme et Islam : 99% de points communs

5. Etre une femme, dans un monde d’hommes

woman sitting on chair on coast near ocean
Photo by Francesca Zama on Pexels.com

Souvent, quand je raconte que je vis au Maroc, l’une des premières choses que l’on me demande, c’est s’il n’est pas trop difficile d’être une femme européenne dans un pays musulman. Ce à quoi je vais répondre la chose suivante :

Je crois qu’il n’y a pas beaucoup de pays dans le monde qui ait été épargné ces dernières années par la nouvelle forme de féminisme constituée entre autre par le mouvement #MeToo. En arrivant au Maroc, j’ai trouvé un monde d’hommes. Mais en quittant la France, j’ai aussi eu l’impression de quitter un monde d’hommes. De mon humble expérience, je crois qu’il est toujours aussi difficile d’être une femme, quelque soit le pays, quelle que soit la religion et quel que soit le niveau de richesse.

Lire également : Rituel de Hammam Marocain

Une conclusion ?

Oui 🙂 Je n’ai pas encore eu l’occasion de vous dire ce que j’aime le plus au Maroc ! Une culture culinaire d’une très grande richesse (et vous savez que pour moi, c’est un point important), des personnes ayant une très grande ouverture sur le monde, des paysages à couper le souffle, des possibilités infinies et un accueil incroyable !

Prenez soin de vous !

Marie

Dernières nouvelles du blog

Lady Oscarine et ses créations pour enfants

Bonjour à tous, Aujourd’hui, je voulais vous parler des créations d’une de mes amies. Maman de deux jeunes garçons, elle s’est lancé il y a quelques années dans la confection de livres pour enfants. D’ailleurs j’avais consacré un article l’année dernières aux Aventures de Patatouille dont elle est l’auteure. Les livres sur les aventures deLire la suite « Lady Oscarine et ses créations pour enfants »

Soupe de lentille façon turques (Végane)

Bonjour à tous, Je prends un peu d’avance sur le programme du vendredi, mais j’avais hâte de partager avec vous cette délicieuse recette de soupe de lentilles Corail. Il s’agit d’une recette traditionnelle turque qui convient parfaitement aux régimes végétariens et véganes tant elle est riche en protéines végétales et en fer. Ci dessous ⬇️Lire la suite « Soupe de lentille façon turques (Végane) »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :