JOUR 22 : Faut-il être perfectionniste ?

Bonjour à tous,

J’espère que vous vous portez pour le mieux dans cette dernière ligne droite avant les congés de fin d’année.

Merci de continuer à suivre ce programme, j’espère que cette série d’article vous plaît et surtout vous apporte des informations utiles.

Avant de commencer, n’oubliez pas de vous abonner à mon blog si jamais ce n’est pas encore le cas 🙂 Vous pouvez également me suivre sur Instagram et sur Facebook si ça vous dit !

C’est parti !

On dit le perfectionnisme est une attitude qui relève généralement de la personnalité. Qu’il y aurait des personnalités plus ou moins rigoureuses et d’autres plus ou moins laxistes. Or, ce n’est pas vrai ! L’attention que nous portons dans notre travail aux détails et notre désir d’être irréprochable ne dépend pas de qui nous sommes. Mais il dépend largement de l’intérêt que nous portons à ce que nous sommes en train de faire.

J’ai compris cela cette année, quand je me suis installée à mon compte. Avant, je pensais que je faisais partie de ces personnalités peu rigoureuses, qui n’étaient pas faites pour s’intéresser aux détails. Résultats, quand il y avait par exemple un dossier administratif à remplir, je ne me souviens pas d’une fois où je n’ai pas commis d’erreur importante, devant recommencer le dossier en question plusieurs fois.

Cette accumulation d’erreurs uniquement dues à un manque d’attention ont coûté très cher à mon estime personnelle et je pensais que jamais je ne m’en sortirais en travaillant seule. Or, quand c’est ton projet, que c’est toi qui le veut et que tu sais exactement pourquoi tu te lèves chaque matin, tout à coup l’irréductible laxiste se transforme en perfectionniste maniaque. Comme par miracle.

Alors, si je vous ai rédigé cette longue introduction sur mon parcours, c’est parce que cela fait échos à une question que l’on se pose tous dans notre travail ou dans nos projets : à quel point faut-il être perfectionniste ? Quelle est la marge d’erreur que l’on peut tolérer ? Quand est ce qu’il est important de faire attention ?

Avantages et inconvénients du perfectionnisme

Les avantages d’une attitude perfectionniste sont relativement connus : suppression des erreurs « bêtes » dues à un manque d’attention, amélioration de votre réputation, produits ou prestations mieux appréciées, etc.

En revanche, ce que l’on prend moins en considération, c’est qu’une attitude perfectionniste peut devenir un handicap si la personne concernée rentre dans une logique jusqu’au-boutiste ou si elle est particulièrement attachée au regard que les autres peuvent porter sur elle. Il y a beaucoup de personnes, par exemple, qui n’osent pas réaliser leurs rêves, seulement parce qu’ils ont l’impression que ce qu’ils font n’est pas assez bien, n’est pas assez parfait pour être montré au reste du monde.

La logique selon laquelle il n’existe que « la perfection sinon rien » peut donc être un frein pour démarrer ses projets. Elle peut également être un frein pour les terminer.

Quand faut-il arrêter de chercher la perfection ?

A mon avis, dès le départ ! Surtout si on se lance dans quelque chose de nouveau. Ce sont vos erreurs qui vont forger votre expérience et qui vont vous dire ce à quoi vous devez faire attention et ce sur quoi au contraire vous pouvez lâcher prise. Donc il n’y a pas le choix, il faut se lancer.

Le schéma réaliste de celui qui réalise ses projets est le suivant :

  1. J’essaie
  2. J’échoue
  3. J’essaie de comprendre pourquoi
  4. Je réessaie
  5. Je réussis un peu mieux que la dernière fois
  6. J’essaie de comprendre pourquoi
  7. Je continue d’essayer
  8. J’échoue sur de nouvelles choses
  9. J’apprends chaque jour à corriger mes erreurs
  10. J’ai ma première victoire
  11. J’échoue de nouveau.

En lisant cela, on voit bien que la qualité principale pour réussir ses projets n’est pas le perfectionnisme, mais la persévérance ! (et une bonne dose d’auto-dérision)

Il y a également une autre idée qu’il faut garder en tête, c’est que la perfection n’a absolument rien d’objectif. Au contraire, c’est la notion la plus subjective qui soit ! J’ai deux exemples pour vous en parler :

  • Le premier concerne mes articles de blog et mes photos sur instagram. Je suis incapable de savoir à l’avance ce qui va plaire ou ne pas plaire. Parfois, j’ai l’impression de faire un truc super, qui en réalité n’intéresse personne ; et à l’inverse, parfois j’ai l’impression de faire un truc naze, et ce truc naze fait un carton ;
  • Le deuxième exemple concerne mon rapport à mon corps. J’ai grandi avec l’idée qu’une belle femme devait avoir une corpulence mince et sportive. Quand je suis arrivée au Maroc en 2016 avec ma corpulence mince et sportive, tous les gens que j’ai rencontrés là-bas m’ont dit que j’étais beaucoup trop maigre et qu’il fallait que je me mette à manger.

Comme quoi : 1) on se trompe souvent sur les opinions des autres et 2) on ne pourra jamais faire plaisir à tout le monde.

Une solution ?

Deux, même.

La première consiste à chercher et à comprendre ce qu’on attend de nous. Quel est le standard sur lequel on doit s’aligner pour essayer de satisfaire le plus de monde possible ? Dans mon secteur d’activité, quelle est la norme ? C’est cette norme que je dois chercher à atteindre dans un premier temps. Et c’est cette norme que je pourrais chercher à dépasser par la suite.

La seconde solution vous est fournie par la chanteuse Lous and the Yakousas dans la vidéo ci-dessous :

Une source d’inspiration ?

Oui ! Si vous ne la connaissez pas, allez regarder l’histoire du footballeur allemand Miroslav Klose, meilleur buteur de l’histoire de la coupe du monde. Son histoire est particulièrement inspirante sur beaucoup d’aspects !

Sur ceux, prenez bien soin de vous et de vos proches !

A bientôt, Marie !

Dernières nouvelles du blog

couple hands love sitting

Ella et Arthur : Chapitre 6

Lire l’histoire depuis le début Lire le chapitre précédent Ella et Arthur : Chapitre 5 Trois semaines plus tôt. Paris. Le lendemain, j’appelle Coralie pour lui annoncer mon diagnostic et lui dire que mon arrêt maladie a été prolongé d’un mois. La gentille Coralie est toute en peine de m’annoncer qu’elle a vu passer maLire la suite « Ella et Arthur : Chapitre 6 »

Bodyguard : L’App contre le Cyberharcelement

1 jeune sur 2 serait directement concerné par le harcèlement. Soit en tant que victime, soit en tant qu’agresseur. C’est ce qu’il ressort de l’audition publique du Sénat sur le harcèlement qui s’est tenue hier. Le harcèlement : ce fléau. Les chiffres sont alarmants selon une études publiée par l’Institut Montaigne que je vous inviteLire la suite « Bodyguard : L’App contre le Cyberharcelement »

photo of man touching his head

BURN-OUT Clé 5 : Ne pas accepter l’inacceptable

Le syndrome d’épuisement professionnel, s’il peut avoir de multiples causes, n’a en réalité qu’une seule origine : un mauvais schéma de pensée. En d’autres termes, les personnes les plus susceptibles de développer un burn out ont généralement pour point commun qu’elles partagent une certaine idée de la vie. Idée selon laquelle elles ne méritent leurLire la suite « BURN-OUT Clé 5 : Ne pas accepter l’inacceptable »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :