Ces 2 erreurs que font les français à l’étranger

Bonjour à tous,

J’espère que votre weekend s’annonce bien 🙂 Chez vous aussi il commence à faire bien froid ?

Aujourd’hui, je voulais faire un article sur un thème un peu différent de d’habitude. J’en parle relativement peu dans mon blog et pourtant, ceux qui suivent ce blog depuis le début le savent : je suis une parisienne de naissance et de cœur et pourtant, depuis 2016 je n’habite plus en France. Je passe le plus clair de mon temps au Maroc et en ce moment, c’est en Allemagne que j’ai posé mes valises.

En 4 ans de migration, j’ai été confrontée à de nombreuses situations différentes qui m’ont permises de prendre beaucoup de recul sur ma manière de fonctionner. Aujourd’hui, par retour de cette expérience, je voulais vous parler de ces deux erreurs que font systématiquement les français quand ils se rendent à l’étranger et qui peuvent aboutir à des situations difficiles.

1. Croire que « gueuler » sur quelqu’un est une bonne manière de résoudre un problème

C’est un mode de fonctionnement qui est très répandu en France. La caissière a passé deux fois votre article, vous attendez trop longtemps au bureau de poste, votre opérateur téléphonique ne peut pas se déplacer avant deux semaines pour réparer votre boxe, etc. Rajoutez à cela que vous êtes éreinté à cause de votre semaine bien pourrie… Résultat, vous sortez une remarque cinglante ou vous mettez carrément à gueuler sur la personne qui se trouve en face de vous.

Ne faites pas comme si vous ne saviez pas de quoi je parle, non seulement on l’a tous fait mais en plus on l’a tous subi, que ce soit au travail, à l’école, dans la rue, en famille, etc. Alors, mon propos n’est pas de dire que c’est mal ou d’insister sur le fait que la bienveillance peut sauver le monde, je vais laisser cette vidéo s’exprimer à ma place

En revanche, ce que je veux dire, c’est que si ce mode de fonctionnement est relativement bien toléré à l’intérieur de l’Hexagone ce n’est généralement pas le cas à l’extérieur de nos frontières. Non, non. Pas dutout même.

Dans la plupart des pays où j’ai habité et que j’ai visité, en agissant de cette manière vous risquez de faire perdre la face de la personne qui est l’objet de votre colère. Et ça, c’est pas bon du tout…

  1. La personne risque de se sentir profondément offensée
  2. Une personne offensée ne sera jamais prédisposée à vous aider à résoudre votre problème
  3. Votre problème va s’aggraver directement ou indirectement

Que peut-on faire à la place ? Ecouter, respecter, encourager. Bienveillance, quoi !

2. Croire que les valeurs françaises sont universelles

Ce n’est pas parce que les chefs de l’Etat le répètent depuis des décennies à la télévision que pour autant, cela se vérifie sur le terrain. C’est la différence qu’il y a entre dogmatisme et pragmatisme.

Un exemple ? Quand vous rencontrez un français, la première question qu’il va vous poser est « Qu’est ce que vous faites dans la vie ? ». Quand vous rencontrez un marocain, la première question qu’il va vous poser est « Est ce que vous avez des enfants ? ». Seulement à partir de ces deux questions, vous pouvez-vous rendre compte que de part et d’autres de la frontière, les valeurs fondatrices ne sont pas les mêmes. En France, une personne va avant tout se définir par son travail, au Maroc, une personne se définit avant tout par sa famille.

Photo de Nubia Navarro (nubikini) sur Pexels.com

Par ailleurs, et c’est important de le dire, si en France, Dieu n’est même plus dans le top 10 des sujets de préoccupation des français, c’est tout l’inverse dans le reste du monde. Pour la majorité des chrétiens, musulmans, juifs, hindous et bouddhistes de ce monde, la pratique religieuse fait complètement partie de la vie quotidienne et représente un profond sujet d’attachement.

Alors, comment fait-on ?

  • On prend le temps de s’interroger sur les valeurs qui animent le pays dans lequel on se rend ;
  • On cherche les points communs plutôt que les différences ;
  • On rejette l’idée d’établir une hiérarchie des valeurs ;
  • On ne discute pas du bien fondé des valeurs et des croyances de quelqu’un d’autre.

Voilà, cet article est terminé. J’espère qu’il aura su porter le message de tolérance et d’amour universel qui était dans mon intention.

Prenez bien soin de vous.

Marie.

Dernières nouvelles du blog

couple hands love sitting

Ella et Arthur : Chapitre 6

Lire l’histoire depuis le début Lire le chapitre précédent Ella et Arthur : Chapitre 5 Trois semaines plus tôt. Paris. Le lendemain, j’appelle Coralie pour lui annoncer mon diagnostic et lui dire que mon arrêt maladie a été prolongé d’un mois. La gentille Coralie est toute en peine de m’annoncer qu’elle a vu passer maLire la suite « Ella et Arthur : Chapitre 6 »

Bodyguard : L’App contre le Cyberharcelement

1 jeune sur 2 serait directement concerné par le harcèlement. Soit en tant que victime, soit en tant qu’agresseur. C’est ce qu’il ressort de l’audition publique du Sénat sur le harcèlement qui s’est tenue hier. Le harcèlement : ce fléau. Les chiffres sont alarmants selon une études publiée par l’Institut Montaigne que je vous inviteLire la suite « Bodyguard : L’App contre le Cyberharcelement »

photo of man touching his head

BURN-OUT Clé 5 : Ne pas accepter l’inacceptable

Le syndrome d’épuisement professionnel, s’il peut avoir de multiples causes, n’a en réalité qu’une seule origine : un mauvais schéma de pensée. En d’autres termes, les personnes les plus susceptibles de développer un burn out ont généralement pour point commun qu’elles partagent une certaine idée de la vie. Idée selon laquelle elles ne méritent leurLire la suite « BURN-OUT Clé 5 : Ne pas accepter l’inacceptable »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :