JOUR 13 : Comment rédiger son Journal de Bord de projet ?

Bonjour les amis,

Nous voici le treizième jour du programme « 30 jours pour réaliser ses projets » (si vous avez manqué le début du programme et son intérêt, je vous explique tout ici)

Un Grand MERCI, en tout cas à ceux qui suivent ce programme ! N’hésitez pas à me faire des retours ou à me poser des questions dans les commentaires !

D’ailleurs, si ce n’est pas encore le cas, n’oubliez pas de vous abonner à mon blog ou à me suivre sur Instagram @mariemicado.

Sans plus attendre, nous pouvons commencer le programme du Jour 13.

Hier je vous ai beaucoup parlé du Journal de Bord en théorie. Aujourd’hui, nous allons essayer d’être un peu plus concrets et d’expliquer ce que l’on doit mettre dedans.

La première chose à savoir, c’est qu’il n’y a pas de règle spécifique de forme à respecter. Le journal de bord est un document qui doit vous soutenir dans votre projet, il doit donc et avant tout correspondre à votre manière de fonctionner et de réfléchir. Je vais donc partager avec vous ma manière de faire et c’est à vous de piocher là-dedans ce qui vous convient le mieux.

Les objectifs du Journal de Bord

Nous allons faire un petit rappel de l’article d’hier et essayer d’aller plus loin. Qu’attend-on d’un journal de bord ?

  • Qu’il nous rappelle notre but et nos objectifs ;
  • Qu’il recueille toutes nos idées pour ne pas qu’elles se perdent ;
  • Qu’il décrive les étapes à respecter pour réaliser le projet ;
  • Qu’il fasse un suivi de l’avancement du projet ;

La forme du Journal de Bord

Celle qui vous convient le mieux, ou plutôt, celle qui vous est la plus accessible. En ce qui me concerne, je trouve que l’écriture à la main permet de mieux réfléchir et d’avoir un meilleur visuel tandis que le traitement de texte sur ordinateur permet plus de souplesse et de propreté dans la présentation.

Que mettre dans son Journal de Bord ?

  1. Le but final
  2. Les sources de motivation profonde
  3. Les sous-objectifs pour atteindre le but final
  4. Les ressources à disposition
  5. Les conditions de la réussite / les étapes à respecter
  6. Les sources d’information disponibles sur le sujet
  7. Les listes d’idées en vrac / par thématique
  8. Les objectifs temporels = le rétroplanning
  9. Les sources de difficultés et les solutions apportées
  10. L’analyse des résultats des actions mises en place

En revanche, comme je l’ai dit dans l’article du jour 8 , je vous déconseille fortement d’insérer dans votre journal de bord des to do list qui sont une forte source d’exaspération et de frustration. Ce que l’on veut, c’est savourer ce que l’on a accompli et non rester frustré devant ce que l’on n’a pas réussi à faire.

A la place de ces to do lists, je vous conseille donc de tenir un semainier dans lequel vous inscrivez vos objectifs à remplir et ceux qui vous avez atteint.

Je m’arrête là pour aujourd’hui. Si vous souhaitez que je fasse un modèle sous word de journal de bord n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, j’espère qu’il vous aura été utile.

Prenez bien soin de vous.

Marie

Dernières nouvelles du blog

couple hands love sitting

Ella et Arthur : Chapitre 6

Lire l’histoire depuis le début Lire le chapitre précédent Ella et Arthur : Chapitre 5 Trois semaines plus tôt. Paris. Le lendemain, j’appelle Coralie pour lui annoncer mon diagnostic et lui dire que mon arrêt maladie a été prolongé d’un mois. La gentille Coralie est toute en peine de m’annoncer qu’elle a vu passer maLire la suite « Ella et Arthur : Chapitre 6 »

Bodyguard : L’App contre le Cyberharcelement

1 jeune sur 2 serait directement concerné par le harcèlement. Soit en tant que victime, soit en tant qu’agresseur. C’est ce qu’il ressort de l’audition publique du Sénat sur le harcèlement qui s’est tenue hier. Le harcèlement : ce fléau. Les chiffres sont alarmants selon une études publiée par l’Institut Montaigne que je vous inviteLire la suite « Bodyguard : L’App contre le Cyberharcelement »

photo of man touching his head

BURN-OUT Clé 5 : Ne pas accepter l’inacceptable

Le syndrome d’épuisement professionnel, s’il peut avoir de multiples causes, n’a en réalité qu’une seule origine : un mauvais schéma de pensée. En d’autres termes, les personnes les plus susceptibles de développer un burn out ont généralement pour point commun qu’elles partagent une certaine idée de la vie. Idée selon laquelle elles ne méritent leurLire la suite « BURN-OUT Clé 5 : Ne pas accepter l’inacceptable »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :