JOUR 1 : En cas de crise, l’adaptation est la clé

Bonjour les amis,

Ca y est nous commençons le programme que je vous avais promis la semaine dernière.

Si jamais vous avez loupé l’explication du programme, retrouvez la ici.

Merci à ceux qui suivent ce programme ! N’hésitez pas à me faire des retours dans les commentaires. Et si vous avez des questions, vous pouvez me contacter à micadomarie@gmail.com.

Avant d’entamer le sujet d’aujourd’hui, n’oubliez pas de vous abonner si jamais ce n’est pas encore le cas et de venir me suivre sur Instagram et sur Facebook.

Qu’est ce que l’adaptation ?

L’adaptation, c’est la modification du comportement d’un être vivant pour répondre à l’évolution de l’environnement extérieur. L’adaptation est une notion de biologie et elle est considérée en science comme la condition de la survie de nombreuses espèces vivantes.

Or cette notion d’adaptation ne concerne pas que « la vie sauvage », elle nous concerne nous aussi êtres humains car nous vivons dans un monde qui est en constante évolution et que nous vivons cette année une crise qui nous frappe plus durement que les autres.

Les principaux changements que nous vivons cette année concerne :

  • Nos rapports sociaux ;
  • Notre sécurité ;
  • Notre capacité d’agir.

Or ce qui provoque du stress et de l’anxiété chez beaucoup de personnes, est le sentiment de perte de notre sécurité et de notre capacité à agir. Ce sentiment de perte est légitime cependant il ne renvoie pas à l’exacte réalité :

  • le confinement est un élément qui est sensé apporter de la sécurité dans nos vies par le fait qu’il doit faire baisser l’épidémie et donc diminuer notre risque de tomber malades ;
  • nous n’avons pas perdu notre capacité à agir, elle est seulement transformée.

Dans la situation actuelle, s’adapter revient à :

  • Comprendre et accepter qu’il y a de grandes chances que le mode de vie que l’on avait en 2019 soit définitivement révolu ;
  • Se débarrasser du dogmatisme et devenir très pragmatique ;
  • Analyser et comprendre au maximum quelle est la situation actuelle et comment elle va évoluer.

Doit-on oublier ses rêves ?

Cela ne veut pas dire qu’il faut jeter tous ses projets et tous ses rêves à la poubelle. Cela veut simplement dire qu’il faut les actualiser.

L’exemple de la restauration

Avant la pandémie, la restauration en France était un secteur qui avait le vent en poupe. Il s’agissait d’un métier difficile, et pourtant, beaucoup de français souhaitaient se lancer et ouvrir leur propre activité. Avec les confinements sanitaires du printemps et de l’automne, le secteur de la restauration a été tellement fragilisé qu’il faudrait être un fou pour vouloir ouvrir son restaurant en novembre 2020.

Pour autant, est ce que cela veut dire qu’il n’y a plus de demande dans ce secteur ? Absolument pas, la demande est toujours présente ! La contrainte est sanitaire et administrative. Cela veut dire qu’aujourd’hui, avoir des locaux de restauration commerciale qui respectent les normes sanitaires en vigueur est une charge trop importante par rapport au risque de fermeture pour à cause de la pandémie.

Mais est ce que le fait d’avoir pignon sur rue est la seule manière de faire de la restauration ? Oui c’est comme cela que l’on a toujours fait, mais est ce que cela veut dire que c’est comme cela que l’on doit faire demain ? Et est ce qu’on ne peut pas combiner la livraison avec l’envie qu’ont les français pendant cette période de cuisiner par eux mêmes ? J’ai vu hier une publicité pour un site allemand sur lequel je peux choisir un plat parmi une grande variété. Et ce site me livre non pas le plat préparé, mais tous les ingrédients avec les instructions de création et de présentation. Ce site répond parfaitement à la demande actuelle et à ses contraintes.

Conclusion

Quels que soient vos rêves et quels que soient vos projets, ils ne sont pas morts avec cette pandémie, mais ils doivent être adaptés à la réalité actuelle et à ses contraintes.

Pour le Jour 1, prenez le temps d’écrire ces deux listes :

  • Colonne de gauche : ce que vous rêviez de faire et vos projets avant la pandémie
  • Colonne de droite : vos projets aujourd’hui.

Si la colonne de droite est plus petite que la colonne de gauche c’est parfaitement compréhensible, amis ce n’est pas la bonne manière de voir les choses. Le monde d’aujourd’hui et celui de demain vous offrent autant d’opportunités que le monde d’hier. Reprenez donc tous vos projets de la colonne de gauche et réécrivez les à droite. Demain, nous verrons ce que l’on peut faire avec tout ça.

Je vous laisse là dessus. On se retrouve demain pour la suite.

Prenez bien soin de vous !

Marie


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :